Culture - Enseignement

|

Interview d'un personnage


Mesdames, Messieurs, bonjour! J’ai le grand plaisir d’accueillir aujourd’hui Casimir Edou. Casimir Edou est âgé de 18 ans et vient du Tchad. Il a été pris en charge par la célèbre association « Move for kids » à l’âge de 7 ans.
« Move for kids est un mouvement qui a tenté, il y a 11 ans, d’extrader des orphelins tchadiens pour les emmener en France. Ses responsables ont menti sur leurs intentions et se sont fait arrêter sur le chemin qui les menait à l’avion : leur opération s'est avérée totalement illégale.
 
Casimir Edou, bonjour. Vous avez été en contact avec les membres de l’association « Move for kids » et vous avez été témoin des faits. Pouvez-vous nous expliquer ce qui est arrivé ?
 
Eh bien, tout cela remonte à longtemps, mais cette partie de ma vie m’a fort marqué. Mes parents sont morts fusillés alors que je jouais hors de la maison avec mon voisin. Quelques jours plus tard, des hommes sont venus me chercher et m’ont conduit jusqu’au lieu d’hébergement de l’association. Il y avait beaucoup d’autres enfants qui y étaient déjà à mon arrivée et qui recevaient des soins. Je trouvais cela super que des étrangers viennent soigner les orphelins.
 
Il semble que vous étiez un petit garçon assez renfermé à l’époque, que vous ne vous mêliez pas aux autres enfants et que vous refusiez de parler aux bénévoles…
 
Ce n’est pas une réaction très étonnante de la part d’un enfant de 7 ans qui vient de perdre ses parents. Mais, il y avait aussi une autre raison : j’étais méfiant vis-à-vis des membres de « Move for kids ».
 
Et pour quelle raison ? Ne les avez-vous jamais vus comme des sauveurs ?
 
Disons que notre pays n’avait pas vraiment besoin de « sauveurs » et encore moins de « héros ». Nous avions surtout besoin du soutien de la communauté internationale. Nous ne voulions pas de ces « chevaliers blancs » qui se prennent pour des héros en « sauvant » des enfants d’un pays qui, selon eux, n’est pas assez responsable pour prendre soin de ses orphelins. C’est ce paternalisme qui m’a déplu. Nous avons aussi notre fierté !
 
Que voulez-vous dire par « paternalisme » ? Qu’est-ce qui différenciait ces bénévoles des soldats européens envoyés sur place pour défendre la population ?
 
La différence est très grande. Je pense que l’entraide entre les différents pays est quelque chose de très important, c’est même indispensable ! Mais à la condition de reconnaître le pays que l’on aide comme un pays responsable. Je voyais clairement dans l’attitude de ces étrangers qu’ils venaient simplement accomplir un acte de bravoure qui pourrait leur apporter la gloire ou leur donner bonne conscience. Ils traitaient les Tchadiens comme des enfants. Même notre chef. Vous auriez dû voir comment le responsable de l’association lui parlait ! Cet homme ne faisait que crier et parler d’argent… Il a menti à tout le monde en faisant croire qu’il donnerait des soins et une éducation aux orphelins sur place, jusqu’à leur majorité. Il a soigneusement caché qu’il comptait nous emmener en France. Cela montre bien que les Tchadiens ont été pris pour des enfants à qui ont fait croire au Père Noël ! Des villageois se vouaient corps et âmes pour les aider dans leur opération et ils ont été manipulés sans états d’âme...
 
Beaucoup de personnes ont fait part de leur désapprobation face à cette opération. Certains pensent que Jacques Arnault ne faisait preuve d’aucune compassion et qu’il ne recherchait finalement que sa satisfaction personnelle. Est-ce aussi votre avis ?
 
Mes souvenirs sont un peu flous mais je me souviens qu’il y a eu une nuit pendant laquelle notre chef, Olafi, a amené une poignée d’orphelins blessés. Or, Jacques Arnault en a refusé plusieurs car ils étaient selon lui trop âgés. Vous vous rendez compte ?! Trop âgés pour recevoir des soins alors qu’il y avait là tout ce qu’il fallait pour les secourir ! Cela montre bien qu’il n’avait aucune compassion !  
 
Après l’arrestation des membres de « Move for kids », avez-vous regretté de ne pouvoir vivre dans une famille française qui aurait pu vous offrir un avenir plus prometteur ?
 
Lorsque le stratagème a été découvert, je me suis demandé ce que nous allions devenir. Personne ne m’attendait chez moi… Mais en grandissant, mes regrets se sont envolés. J’ai finalement pris conscience que ma place est au Tchad. En France, j’aurais vécu loin de mes racines et j’aurais coupé les ponts avec tout ce qu’avait été ma vie jusque-là. Aujourd’hui, j’ai ma place dans ce pays dont je connais les coutumes et je suis entouré de personnes sur lesquelles je peux compter. Et puis, je pense que je pourrai me rendre plus utile ici.
 
Merci beaucoup Casimir Edou pour votre témoignage très émouvant.
J’espère, chers auditeurs, que cet entretien vous a permis d’en apprendre plus sur le fameux épisode de l’arrestation de l’équipe de « Move for Kids » en 2007.
Bonne soirée à tous et à bientôt !